Rechercher
  • au fil des mots

Sangs éternels 4: La Troublante Fascination Florence Barnaud



Pourquoi? Pourquoi? Florence Barnaud vous êtes cruelle!

L'auteur a l'habitude d'achever ses tomes sur une inquiétude, mais ici nous sommes bien au-delà de cela. Il s'agit d'un cliffhanger comme on en voit peu souvent. L'auteur nous fait souffrir. L'attente va être difficile. J'aurais eu connaissance de cela, j'aurais attendu que le tome 5 soit achevé et disponible à la lecture avant de me plonger dans celui-ci.

Je déteste ces terreurs non résolues de fin de livre et cela me fait systématiquement acheter le suivant! Quel paradoxe!


Ce tome tourne autour de la grossesse d'Ismérie, ancienne sorcière transformée en vampire. Elle et son Sensei attendent une chauve-souris du moins c'est ainsi qu'elle appelle son bébé, car elle n'a aucune idée de ce qu'elle se révéler être comme créature étant donné que les vampires n'ont jamais eu d'enfants jusqu'à maintenant.


L'intrigue tourne autour de l'attente de ce bébé mystérieux et unique ainsi qu'autour des luttes continuelles avec les Marconi et le vampire Dimitri. Cette partie-là a peu évoluée, mais, ainsi que je l'expliquais pour les tomes précédents, la saveur du livre est autre et ce résume en un mot, un nom: Ismérie

Or pour la première fois, nous rencontrons une Ismérie responsable. Et je dois l'avouer, le personnage perd un peu de sa truculence bien que l'auteur tente de la montrer toujours aussi effrontée. Cependant, elle perd un peu de sa spécificité même s’il y a une raison évidente à cela. On a envie de la voir plus combattante face à Eiirin, on veut plus de peps et de répondant. Elle le peut et d'ailleurs l'auteur explique bien que ce n'est que temporaire et qu'elle entend bien reprendre ses manières habituelles une fois l'enfant né.

Mais alors, pourquoi, mais pourquoi, cette décision décidément très idiote. Le seul moment où elle aurait dû solliciter de l'aide et l'accepter est celui où elle ne le demande pas. Comment a-t-elle pu se fourrer dans un guêpier pareil après avoir consenti toutes ses restrictions à sa liberté sous l'excuse de sa protection.

Il n'y a aucun doute, je suis en colère contre elle et je ne dois pas être la seule.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
 
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

©2020 par Au Fil des Mots. Créé avec Wix.com