Rechercher
  • au fil des mots

Les Oubliés de Dieux Ludovic Lancien




Ludovic Lancien est venu à l’écriture par le biais de la lecture. Paysagiste et grand amateur de romans, il crée un blog où il évoque ses coups de coeur et déceptions littéraires. Un jour il décide, à son tour, de prendre la plume, c’est ainsi que le signe d’Harlow voit le jour et remporte le prix fyctia. depuis, il se consacre à l’écriture et vient de publier son deuxième roman, les oubliés de dieu. Une réussite


Tout d’abord un grand merci à Netgalley et à la maison d’édition Hugo et compagnie de m’avoir permis de découvrir ce roman et son auteur

excellent roman.

j’ai été conquise par cette histoire noire.


Le roman débute par le meurtre ignoble d’un médecin, un homme respecté. Ce dernier a été tout simplement mangé. Cependant, petit à petit les enquêteurs découvrent la noirceur dissimulée sous l’apparente respectabilité de cet homme. Il n’était pas uniquement un soignant et s’il s’intéressait aux maladies rares son but n’était pas forcément altruiste. Chacune de leur découverte apporte une nouvelle raison de haïr ce personnage tandis que vie professionnelle et vie privée des inspecteurs de la criminelle vont se télescoper.

En effet, le meurtre ignoble n’est que le début d’une hécatombe. Les morts s’additionnent tandis que l’équipe tente de percer à jour les secrets que de nombreuses personnes souhaiteraient qu’ils restent cachés.


Très rapidement l’auteur nous emporte dans le périple des meurtres. On s’attache aux divers protagonistes. Le roman n’oublie personne, chaque inspecteur est mis en valeur différemment et on ne peut que les apprécier et les regarder faire face aux difficultés qu’ils rencontrent. Nous découvrons certains de manière inattendue, d’autres retrouvent un peu de lumière dans un monde sombre dont la grisaille n’est pas levée par les révélations successives. Ces dernières font froid dans le dos. Il est de personnes malades, de personnages perçus comme des monstres dans une société bâtie sur le paraitre.

Ce livre interroge sur ces malades que l’on refuse de voir et l’on parc dans des institutions. Ne pas les voir, les oublier, voilà leur fonctions, jusqu’au jour où elles décident de se rappeler à nous..


un très bon roman très réussi

Seul regret, la fin. Le dernier mot du roman est le nom d’un personnage mentionné quelques fois lors du roman. Il est cependant le personnage principal de son précédent. Ceux qui découvre l’auteur par les oubliés de dieu, comme c’est le cas pour moi, doivent rechercher ce Lucas dans leur mémoire. C’est dommage de clore un excellent roman ainsi.



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
 
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

©2020 par Au Fil des Mots. Créé avec Wix.com