Rechercher
  • au fil des mots

Le Sang des Belasko - Chrystel Duchamp


L'auteur


Née en 1985, Chrystel Duchamp se passionne très tôt pour la littérature de genre, notamment le fantastique et la série noire. Elle et son conjoint, Eric Barge, montent la maison d’édition Le Miroir aux Nouvelles, où ils publient plusieurs romans illustrés de Chrystel : La Boîte aux objets perdus (2013), 47°9’S - 126°43’W (2014), La Vallée dérangeante (2015).

Mon Avis

Merci à Netgalley et aux Éditions l’archipel pour m’avoir donné l’opportunité de lire ce livre et de découvrir cette talentueuse auteur.

Ce roman policier est un grand coup de cœur.

Vous ne regarderez plus votre famille de la même manière en le refermant.

Cette œuvre est un huis clos. Un défi difficile que l’auteur relève d’une plume de maitre. Cinq frères et sœurs se retrouvent dans la maison familiale à la mort de leur père afin de prendre connaissance du testament de ce dernier.

Cependant, la soirée ne se déroule pas telle qu’ils l’avaient imaginé. En effet, leur père leur a laissé un message « votre mère a été assassinée ». Quelques mots terribles qui vont faire tout basculer.

Ce roman est vraiment excellent. je l’ai dévoré avec avidité et j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir les ressorts de l’histoire extrêmement bien montée. Ce livre est assurément un policier néanmoins il va plus loin que cela car il s’interroge sur la superstition, la prédétermination, l’inné l’acquis et les relations familiales. Il ne faudra que quelques mots pour que la haine et les rancunes de chacun qui se promenaient sous la surface de la peau de chacun de protagoniste se réveillent et se déchainent. L’égoïsme, l’ambition, la jalousie et leurs méfaits sont au sein de cette histoire. À tel point que l’on se demande : comment en est-on arrivé là ? s’est-on fait manipuler ? Par qui ? Comment ?

L’auteur fait l’excellent choix de changer avec régularité de point de vue. Chacun des adultes pourra exposer sa vision des choses, son vécu et son expérience. Les apparences voleront en éclats, des révélations seront faites.

On apprécie la plume efficace et ciselée de Chrystel Duchamp. Elle nous hypnotise de la première à la dernière phrase. Vous ne parviendrez pas à reposer le roman avant de l’avoir terminé. Il absorbe et ne s'oublie pas une fois la page finale refermée.

Une seule conclusion : la valeur famille est bien surestimée, à moins que cela soit justement la puissance de cette relation qui la rend dangereuse.

Attention aux apparences et à l’eau qui dort !

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout