Rechercher
  • au fil des mots

Evidence Agnès Martin Lugand


Lettre écrite dans le cadre du concours Elle Pocket mais beaucoup trop longue!!!!



Chère Agnès Martin Lugand,


Merci pour ce superbe roman. Cette lettre pour Elle me permet de vous dire à quel point j’ai apprécié votre livre. Il m’a bouleversé. Si ce courrier était en papier, vous trouveriez inévitablement des incrustations de sel causées par les larmes qui n’ont cessé de s’échapper de mes yeux à la lecture de cette histoire. Je ne me souviens pas avoir autant pleuré en lisant depuis « les deux remords de Claude Monet » de Michel Bernard.


Tout au long de la lecture, je me suis laissée submergée par l’émotion. Un enfant sans papa. Malheureusement, orpheline de père, cette situation ne pouvait que m’émouvoir de manière très personnelle. Mais ce n’est pas à Noé, peut être un peu trop parfait, que je me suis identifiée mais à Reine, cette mère célibataire qui a menti à son fils et caché un enfant à son ancien petit ami. Une personne qui a donc battit sa vie d’adulte et celle de son fils sur un mensonge. Ce personnage imparfait m’a ébranlé, ses failles, ses souffrances, sa détermination et son amour pour ce fils qu’elle ne voulait pas. Je ne pouvais que l’aimer.

Mais ce livre possède une seconde étoile, une étoile filante du nom de Pacôme. Un homme comme on en rencontre que dans les romans. Séducteur, sauvage, généreux, passionné. Les mots ne manquent pas. Il passera comme un orage dans la vie de Reine, trop vite et en y laissant des traces indélébiles. Il l’aima, la confrontera, la mettra face à la vérité et surtout sera là pour son fils. Un tel homme ne pouvait avoir d’autre sort que celui que vous lui avait réservé. Il saisit la vie à bout de bras et eu une existence fulgurante. Son moment avec Reine se révèle être son dernier trésor et pour la remercier il lui offrira bonheur et soutien. Merci d’avoir inventer cet homme et de nous avoir raconté son histoire.


Mon seul regret à la lecture de votre roman est peut la dernière partie. J’avoue je n’ai pas compris le sort réserver à Reine et Paul. J’ai aimé dès le début du livre leur amitié franche, belle et indéfectible. Quel dommage de la transformer. Je comprends parfaitement le rôle cathartique de la révélation de son mensonge et la période de guérison qui en suivi. Cependant, fallait-il pour autant, la mettre en couple ? Vous voyez, je me suis approprié votre personnage, je lui ai construit un avenir un peu différent de celui que vous lui avez offert. N’est ce pas le talent des grands écrivains que de faire naître des personnages suffisamment pour qu’ils poursuivent leur vie en dehors du roman ?


De fait, après avoir refermé « Evidence », j’ai dû attendre avant d’être en mesure de lire un autre livre. Je revenais toujours à l’histoire, aux personnages. Ils ont, un temps partagé mon quotidien, je ne parvenais pas à les chasser de mes pensées. Je me mettais à penser à eux à des moments incongrus. Ils se sont même immiscés dans les rêves. Ce livre m’a hanté pour mon plus grand plaisir. Aussi une nouvelle fois je ne peux que vous dire merci pour ces heures d’émotions.


Bien à vous


Une lectrice conquise

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout