Rechercher
  • au fil des mots

Bonjour Tristesse Françoise Sagan


Chaleur, été volupté et jalousie.

Le soleil est haut dans le ciel. La mer est à portée de main. Cécile est en vacances dans le sud de la France dans une villa luxueuse avec son père et sa maitresse du moment.

L'été promettait d'être joyeux insouciant si ce n'est l'arrivée d'Anne. Une femme intelligente, sensible, d'un âge raisonnable qui a jeté son dévolu sur le père de Cécile, veuf de son amie.

Ce dernier se laissera bientôt séduire par cette femme superbe.

Cependant alors qu'Anne prend le dessus sur son futur époux, elle s'impose aussi dans la vie de Cécile et, semble-t-il, entre elle et son père. Elle ose même imposer à la jeune d'étudier afin qu'elle puisse passer le baccalauréat.

Cécile veut retrouver son père insouciant qui la laisse vivre à sa guise et tente de séparer ce couple nouvellement formé. La jalousie est décidément un sentiment puissant.


L'histoire est contée du point de vue de Cécile et on comprend son amertume dirigée vers cette femme forte qui lui vole son père. On a envie de secouer ce dernier qui se laisse si facilement dominer.

On excuserait presque son comportement par le besoin de récupérer son père.

On est tout de même surpris de la duplicité du personnage qui n'a aucun scrupule à tenter le diable et de se servir de son amoureux pour faire cela. Elle connait l'homme et sait le manipuler. Mais Anne n'a-t-elle pas fait exactement la même chose. Si jeune et déjà si talentueuse.


On est cependant intrigué par le personnage d'Anne. La femme semble fascinante et intelligente. Ses intentions sont-elles négatives. Sous une apparente froideur ne voudrait-elle que le meilleur pour ces deux êtres qui vont bientôt devenir sa famille par le mariage? Pourquoi vient-elle s'immiscer dans cette famille? Virer la maitresse du moment pour s'installer en tant que future épouse?

On s'interroge pourquoi a -t-elle jeté son dévolu sur cet homme qui est l'opposé de ce qu'elle semble rechercher. Elle s'interroge d'ailleurs un moment sur l'intelligence de la famille sur leur gout de ce que l'on appellerait le bling leur préférence pour le paraitre que le contenu. Elle réprouve leurs fréquentations et leur manière de vivre. Elle veut les changer. Est-ce cela l'amour?


La jalousie, la vanité et la culpabilité.

Le livre n'aborde pas les effets: les conséquences pour un homme dont l’orgueil a provoqué la mort d'un être aimé, les répercussions pour une jeune fille d'avoir joué avec les sentiments d'autrui et manipuler les âmes.


Le remords est apparu. Il ne pouvait pas naitre à la mort d'Anne. Le personnage de Cécile aurait été trop froid. Non, le remord est surgi une fois l'acte achevé, une fois la femme dévastée. La mort n'en a été qu'une conséquence.

Plusieurs fois j'ai relu les pages, cherchant avec avidité quand l'histoire a basculé. Plusieurs fois j'ai relu les pages cherchant pourquoi Cécile avait subitement regretté son geste. L'explication: elle avait réalisé qu'elle avait blessé. La culpabilité l'avait transformée pourtant à aucun moment elle n’entreprends d'alléger celle de son père endossant une part de responsabilité. Comment vivre avec ce sentiment de culpabilité: bonjour tristesse.

Elle n'a tenté de se faire pardonnée. Elle n'a pas dit la vérité à son père, essayé d’atténuer le fardeau de sa peine. Elle s'est contentée de le regarder retrouver sa vie passée, le condamnant ainsi à un avenir dont Anne l'avait gardé.


La confrontation entre ces personnages sous un soleil de plomb ne peut que mal finir. Tandis que l'on ne peut que songer aux paroles de Paul Elouard dans son poème bonjour tristesse.


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout